Site dédié à la publication d'informations communiquées par le Collectif des déboulonneurs. En aucun cas ce site n'appelle à des actions illégales.

english - Soutien aux déboulonneurs spanish - Soutien aux déboulonneurs



flux RSS - Soutien aux déboulonneurs $nbsp;

Accueil du site > Lyon > Compte-rendu de l’action du samedi 6 novembre 2010 à Lyon

Compte-rendu de l’action du samedi 6 novembre 2010 à Lyon

Article publié le samedi 13 novembre 2010

Compte-rendu de l’action de désobéissance civile du samedi 6 novembre 2010

Poursuivant la lutte contre l’envahissement publicitaire dans l’espace publique, le collectif des Déboulonneurs et Déboulonneuses de Lyon est de nouveau entré en action ce samedi 6 novembre dans le 7° arrondissement de Lyon. Le rendez-vous était fixé à 11h sur la place jean Macé. Après une prise de parole sur le scandale de l’affichage publicitaire, l’objectif du collectif et les principes de la désobéissance civile, une cinquantaine d’activistes, de sympathisants, de sympathisantes et de journalistes se sont mis en route le long de l’avenue Jean Jaurès, axe majeur de l’agglomération lyonnaise envahi par la publicité.

Au cours de cette déambulation, marquée d’intermèdes musicaux, 5 supports publicitaires d’abri-bus ont été recouverts de papier blanc sur lequel chacun et chacune pouvait s’exprimer librement, rendant ainsi au public l’espace qui lui revient et qui a pourtant été privatisé. Puis 4 supports publicitaires de 1,20 x 1,80 m installés sur les trottoirs ont été barbouillés à la peinture d’inscriptions telles que « Espace public ou espace publicitaire ? », « la pub t’aliène », ... Le dernier barbouillage était une réponse directe à l’action illégale entreprise par la société Intervalles ( cf communiqué précédent) avec l’inscription : "Réponse légitime".

A la toute fin de cette action calme et joyeuse, la police, qui avait observé de loin et sans intervenir, a procédé à 8 contrôles d’identité et 5 interpellations. Les 5 personnes interpellées ont ensuite été placées en garde à vue pendant 6 heures au motif de dégradations en réunion. Il faut rappeler que lors des deux précédentes actions du collectif des Déboulonneurs et Déboulonneuses de Lyon, en juin et septembre, la police, pourtant prévenue, ne s’était pas déplacée. Les barbouilleurs étaient donc allés d’eux-mêmes revendiquer leurs actes au commissariat en déposant une main courante. La garde à vue prononcée cette fois-ci semble donc davantage s’expliquer par les impératifs de la politique du chiffre que par de réelles nécessités judiciaires. Rappelons enfin que d’après l’association Paysage de France, un tiers des panneaux d’affichages sont illégaux et rien n’est fait pour lutter contre les afficheurs qui bafouent quotidiennement la loi. Certains délinquants multi-récidivistes semblent donc jouir d’une impunité aussi confortable que révoltante.

Actualité du collectif national des Déboulonneurs
- Un petit rappel : le gou­ver­ne­ment a montré sa fai­blesse ce prin­temps en fai­sant du Grenelle 2 le Grenelle des lob­bies publi­ci­tai­res. Le gou­ver­ne­ment éradique la « délin­quance » publi­ci­taire d’hier en la ren­dant légale aujourd’hui. Contrairement à ces pré­cé­den­tes affir­ma­tions, il léga­lise ainsi l’agres­sion illé­gi­time de la publi­cité. http://www.hns-info.net/spip.php?ar...
- Relaxe his­to­ri­que pour le col­lec­tif des débou­lon­neurs pari­siens. Les huit pré­ve­nus ayant bar­bouillé 5 pan­neaux publi­ci­tai­res sur les Champs-Elysées en jan­vier 2008 ont été relaxés. http://www.hns-info.net/spip.php?ar...
- François Vaillant, du Collectif des débou­lon­neurs de Rouen, mili­tant non-vio­lent, adepte de la déso­béis­sance civile, est passé le 11 août 2010 devant le Tribunal de Rouen, pour son procès en appel, suite à son refus de donner son empreinte géné­ti­que à la police suite à une action du col­lec­tif des débou­lon­neurs. Le par­quet demande un report du procès. La cour avait par­fai­te­ment la pos­si­bi­lité de ne pas suivre la pro­po­si­tion du par­quet. Mais le pré­si­dent du tri­bu­nal a annoncé le report du procès au 17 novem­bre.


- Date : samedi 6 novembre 2010
- Heure : de 11h00 à 13h30
- Lieu : Place Jean Macé et avenue Jean Jaurès (7°arrondissement de Lyon)

- Type d’action : nappage et barbouillage Supports publicitaires touchés : 5 faces d’abri-bus nappées et 8 faces de sucettes barbouillées (format de 1,20 x 1,80 m) Propriétaires des supports : Clear Channel et JC Decaux Inscriptions barbouillées : « La pub tue », « Stop pub », « La pub t’aliène », « Espace public ? Espace publicitaire !!! »

- Nombre de déboulonneurs : environ 20 dont 8 barbouilleurs
- Nombre de sympathisants : environ 30, présence du groupe de musique Intillapun (chansons révolutionnaires sud-américaines)

- Médias présents : TLM, Le Progrès article 1 et article 2, Mediapart

- Nombre de policiers : aucun au début, 3 ou 4 pendant la dernière partie de l’action, environ 15 à la toute fin. Plusieurs passages de voitures et camionnettes de police mais sans qu’elles s’arrêtent. Attitude de la police : la police s’est contentée de suivre et d’observer le groupe de loin, aux jumelles, et n’est intervenue qu’une fois l’action terminée : contrôles d’identité de 8 activistes (dont 3 qui n’avaient pas barbouillé) avec palpation de sécurité mais aussi fouille d’un sac et de sacoches, puis interpellation et conduite au poste de 5 activistes (dont 1 qui n’avait pas barbouillé). Ces 5 activistes ont été placés en garde à vue pendant 6 heures au motif de dégradations en réunion.

- Précisions : lors des deux précédentes actions du collectif lyonnais des déboulonneurs et déboulonneuses, en juin et septembre, la police, pourtant prévenue, ne s’était pas déplacée. Les barbouilleurs étaient donc allés d’eux- mêmes revendiquer leurs actes au commissariat en déposant une main courante. La garde à vue prononcée cette fois-ci semble donc davantage s’expliquer par les impératifs de la politique du chiffre que par de réelles nécessités judiciaires.

- Bilan : très appréciée, l’action s’est déroulée dans un climat détendu et joyeux. La musique y a d’ailleurs beaucoup participé, un grand merci aux musiciens !!! On regrettera l’incohérence des autorités policières et judiciaires.

Les photos



Site utilisant SPIP - Hébergement Ouvaton