Site dédié à la publication d'informations communiquées par le Collectif des déboulonneurs. En aucun cas ce site n'appelle à des actions illégales.

english - Soutien aux déboulonneurs spanish - Soutien aux déboulonneurs



flux RSS - Soutien aux déboulonneurs $nbsp;

Accueil du site > Paris > Témoignage de Pauline Boyer

Témoignage de Pauline Boyer

Article publié le lundi 21 janvier 2019

Paris, le 18 janvier 2019

Mesdames et Messieurs les Magistrates et Magistrats de la 10e Chambre de la Cour d’Appel de Paris,

Je vous écris pour demander la relaxe des sept militants du collectif des Déboulonneurs suite à l’action non-violente menée le 2 mai 2015, gare de Lyon à Paris, pour dénoncer les effets délétères des panneaux publicitaires sur notre société.

Comme en témoignent les inscriptions de messages politiques et humoristiques tels que : "attention à la pub en descendant du train", "agression visuelle", "la pub tue", "liberté de réception", "la pub pollue nos rêves", cette action citoyenne non-violente avait pour but d’interpeller nos concitoyens sur la dangerosité de la publicité pour la santé mentale de la population et l’avenir des générations futures. La publicité, en incitant à la surconsommation retarde la transition écologique nécessaire à la préservation de nos conditions de vie sur Terre.

Le Groupe Intergouvernemental des Experts sur le Climat (GIEC) a sonné une nouvelle fois l’alarme climatique en publiant le 8 octobre dernier un rapport spécial sur le modèle à 1,5° [1]. Selon les experts, il est nécessaire et même vital de contenir le réchauffement [de la Terre] en dessous de 1,5°C [2], pour que l’humanité puisse s’adapter au changement climatique. Le GIEC ajoute que c’est un défi sans précédent pour l’espèce humaine. Pour réussir à limiter l’aggravation du dérèglement climatique, nous devons laisser plus de 80 % des ressources connues en énergies fossiles dans le sol [3]. Dans nos sociétés basées sur la puissance des énergies fossiles, cela implique de repenser complètement nos modes de vie. Nos comportements doivent s’orienter vers la sobriété pour consommer beaucoup moins d’énergie et donc cesser de produire et d’acheter les objets au bilan carbone faramineux, issus de l’exploitation à outrance des ressources naturelles, avec des conséquences environnementales et sociales désastreuses.

Or la publicité, en emprisonnant nos esprits dans l’illusion d’un monde aux ressources infinies nous retient dans un idéal de vie consumériste. Elle constitue un frein au développement d’un nouvel imaginaire nécessaire pour créer des sociétés soutenables [4], seule issue pour sauvegarder des conditions de vie dignes sur Terre pour le maximum de personnes [5].

Nos modes de vie de pays industrialisés fortement émetteurs de gaz à effet de serre sont déjà responsables d’une augmentation de la température moyenne de 1,1°C à la surface de notre planète [6]. AUtrement dit, nous avons déjà déclenché une catastrophe humanitaire pour des millions de personnes, avec, chaque année, des millions de déplacés climatiques [7]. Nous sommes en même temps en train de provoquer la sixième extinction de masse de la vie sur Terre [8].

Valérie Masson Delmotte, vice-présidente du conseil scientifique du GIEC a rappelé lors de son audition au sénat pour présenter le rapport du GIEC sur le modèle à 1,5°C que face au dérèglement climatique chaque jour, chaque heure, chaque décision comptent [9]. De nombreuses pratiques qui nous paraissaient ’normales’ il y a quelques années doivent être remises en question. La publicité en est une. Elle est devenue criminelle.

Nous avons connaissance que ces sept personnes ont été condamnées en première instance pour "participation à un groupement formé en vue de la préparation de violences contre les personnes ou de destructions ou de dégradations de biens". Nous savons par ailleurs que ces militants du collectif des Déboulonneurs ont fait le choix de la non-violence et de l’écriture à la peinture, un modèle d’action que vous saurez justement apprécier lors de cet appel. Nous soutenons cet appel pour défendre la reconnaissance du caractère non-violent de cette action et son utilité publique.

Mesdames et Messieurs les Magistrates et Magistrats de la 10e Chambre de la Cour d’Appel de Paris, je vous prie d’entendre cet appel, qui va bien au-delà du procès des sept lanceurs et lanceuses d’alerte qui vont comparaître devant vous ce 28 janvier 2019.

Je vous prie, Mesdames et Messieurs les Magistrates et Magistrats, de recevoir mes sincères salutations.

Pauline Boyer, porte-parole d’Alternatiba, mouvement citoyen pour le climat et la justice sociale.

Notes

[1] Rapport spécial du GIEC sur le modèle à 1,5°C publié le 8 octobre 2018 https://report.ipcc.ch/sr15/pdf/sr15_spm_final.pdf

[2] https://www.ipcc.ch/ Chapiter 3 : ’Why is it necessary and even vital to maintain the global temperature increase below 1.5°C versus higher levels ? Adaptation will be less difficult’

[3] Page 4 du rapport de l’Agence Internationale de l’Energie ‘World Energy Outloock 2012 : https://www.iea.org/publications/freepublications/publication/French.pdf

[4] Vision pour une société soutenable : https://www.amisdelaterre.org/IMG/pdf/societe_soutenable_web_.pdf

[5] L’autre voie d’Edgar Morin https://www.terraeco.net/Edgar-Morin-Il-n-y-a-pas-de,56141.html

[6] http://www.leparisien.fr/environnement/climat-la-planete-brule-vraiment-08-10-2018-7913565.php

[7] Les millions de déplacés climatiques https://www.oxfam.org/fr/rapports/deracines-par-le-changement-climatique

[8] Accelerated modern human–induced species losses : Entering the sixth mass extinction http://advances.sciencemag.org/content/1/5/e1400253

[9] Audition de Valérie Masson Delmotte au sénat pour la présentation du rapport spécial du GIEC sur le modèle à 1,5°C http://videos.senat.fr/video.840799_5bbbda99d3664.rapport-du-giec-relatif-au-consequences-d-un-rechauffement-climatique-de-15-c---audition-mme-valer ?timecode=3268000



Site utilisant SPIP - Hébergement Ouvaton