Soutien aux déboulonneurs

Accueil > Ressources > agenda > [Paris] Action antipub

[Paris] Action antipub

lundi 26 mars 2012, par nicolas

ACTION MOBILE DE LUTTE CONTRE LA COLONISATION DE L’ESPACE PUBLIC PAR LA PUBLICITÉ

Rendez-vous le samedi 31 mars 2012 à 15H à la sortie n°2 du métro Strasbourg Saint-Denis

Pour la 57e fois, et malgré les procès du 3 avril et du 12 juin 2012, le collectif des déboulonneurs entend poursuivre son action et s’exprimera dans la rue pour dénoncer la trop grande place accordée à la publicité dans l’espace public. Les dispositifs publicitaires sont ainsi de plus en plus nombreux, toujours plus grands (bâches de chantier de plusieurs centaines de m2) et plus que jamais intrusifs et énergivores(panneaux défilants et éclairés, écrans espions).

Il devient ainsi impossible de marcher dans la rue sans être assommé en permanence par des messages non-sollicité et abrutissant.
C’est donc pour lutter contre ce système nauséabond et pour revendiquer le droit de non réception des messages publicitaires que les déboulonneurs recouvreront les différents supports publicitaires qu’ils rencontreront lors de leur parcours. Pour ce faire, nous nous munirons de bâches et de blanc d’Espagne, moyens non dégradants. Aucune action de désobéissance à la loi ne sera entreprise lors de cette action. En outre, nous débattrons avec les personnes qui le souhaiteront et distribuerons des tracts expliquant nos revendications afin de sensibiliser nos concitoyens aux problèmes que pose l’omniprésence de la publicité dans l’espace public.

POUR DES RUES LIBÉRÉES DE LA PUBLICITÉ !

Ne laissons pas nos rues, nos boulevards et nos trottoirs être souillés par la publicité qui ne donne le droit d’expression qu’à une poignée de décideurs économiques, seul 0,01% des entreprises accapare 99,9% des médias publicitaires.
Nous refusons de nous voir imposer quotidiennement les dogmes de la consommation, la compétition et le culte de l’apparence.

Revendications des déboulonneurs :

Obtenir des pouvoirs publics une nouvelle loi et un décret d’application qui ramènent la taille maximale des affiches à celle pratiquée pour l’affichage associatif à Paris : 50 × 70 cm ; limiter les dispositifs à 2 m2 maximum, avec une densité raisonnable en fonction du nombre d’habitants. Atteindre cet objectif précis et limité constituera une première brèche dans le système publicitaire.

Le collectif souhaite l’ouverture d’un vrai débat national sur la place de la publicité dans l’espace public et qu’un nouveau droit soit enfin reconnu : la liberté de réception. Corollaire de la liberté d’expression, chacun doit être libre de recevoir ou non les messages diffusés dans l’espace public.